Sur les flancs du volcan Turrialba, Guyabo est le plus important site précolombien du pays. Il a été découvert au 18e siècle par Don Anastasio Alfaro et est classé monument national depuis 1973. Ce site aurait été habité par 10 000 habitants de 1500 à 1400 avant J.C. avant d’être abandonné pour des raisons inconnues. Il se compose de tertres dont le plus grand a été occupé par le chef, de pétroglyphes (lézard et jaguar), d’un aqueduc en pierre et d’une chausse pavée de 4 ou 12 km.

tertre du chef (Monumento Nacional Guyabo)

tertre du chef (Monumento Nacional Guyabo)

 

chaussée empierrée (Monumento Nacional Guyabo)

chaussée empierrée (Monumento Nacional Guyabo)

 

Pétroglyphes (Monumento Nacional Guyabo)

Pétroglyphes (Monumento Nacional Guyabo)

Nous renonçons à monter au volcan Irazu alors que nous sommes sur la piste qui mène au sommet car une pluie diluvienne s’abat et fait dévaler l’eau sur la piste qui se transforme en boue puis en torrent. Même en position 4x4L (4 roues motrices), notre voiture passe de moins en moins bien et les ornières de boue nous décide à rebrousser chemin d’autant plus que la brume nous enveloppe et qu’on ne verra surement rien au sommet.

Cartago a été la capitale du Costa Rica jusqu’en 1823 lors d’une bataille perdue au profit de San José. La ville située à 1500 m d’altitude, a depuis été détruite par une éruption du volcan Irazu en 1723 puis partiellement endommagée en 1841 et 1910 par de violents séismes. Cartago n’a pas d’attrait particulier à part la basilique Notre-Dame des Anges, édifice bicolore de style néo-byzantin, situé sur la place principale.

basilique notre dame des anges

basilique notre dame des anges

 

intérieur néo-byzantin

intérieur néo-byzantin

Notre destination finale de ce jour est San Gerardo de Dota, une petite vallée à 2400 m d’altitude que l’on atteint par la route des crêtes qui passe à 3000 m d’altitude puis par une piste étroite et cabossée.

 

Articles similaires